Etats-Unis, Corée du Nord : Démonstrations de force
CONGRESS 2017
Résolution adoptée par les Verts
11 avril 2017
18121150_1873297176272903_1629184754881026884_o
Ré-action en chaine Tihange
2 mai 2017
16007826-une-guerre-imminente-entre-les-etats-unis-et-la-coree-du-nord
Ce n'est un secret pour personne, les relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ont toujours été tendues. Pourtant, bien que les tensions ne datent pas d’hier, elles se sont intensifiées ces derniers mois.

Depuis le premier essai atomique de Pyongyang en 2006, les Etats-Unis tentent de freiner le programme nucléaire nord-coréen notamment au moyen de sanctions économiques. Plus récemment, l’arrivée au pouvoir de Donald Trump exacerbe les tensions car le président américain dit être prêt à s’occuper seul de la Corée du Nord et n’écarte pas l’intervention militaire. En effet, Donald Trump craint que la péninsule mettent au point un missile intercontinental capable d’atteindre les Etats-Unis par une charge nucléaire.

Ce qui pourrait être chose faite, car la Corée du Nord a exhibé lors d’un défilé militaire, une soixantaine de missiles ainsi que ce qui semblait être un nouveau type de missile balistique intercontinental.

Rappelons que le 6 mars la Corée du Nord a tiré simultanément quatre missiles balistiques de courte-portée en direction du Japon. Ceux-ci ont atterri dans les eaux territoriales nippones. Le régime nord-coréen a réitéré l’expérience le 16 avril avec le lancement d’un missile qui a directement explosé. Ces démonstrations de force avaient pour objectif de prouver que la Corée du Nord était capable de « rayer de la carte » les forces impérialistes américaines basées au Japon en cas de besoin.

A la suite de quoi, Donald Trump a décidé, lui aussi, de montrer ses muscles en envoyant un porte-avion, trois navires lance-missiles et des sous-marins vers la péninsule nord coréenne. Autre tour de force, les Etats-Unis ont déployé leur plus puissante bombe non nucléaire sur un autre dossier visant les partisans de l’Etat Islamique basés dans l’est de l’Afghanistan. En effet, le samedi 13 avril, la mère de toutes les bombes (GBU-43/B), fut larguée sur un repaire stratégique du groupe terroriste et aurait fait 92 morts selon le dernier bilan des autorités locales.

Cette frappe serait-elle un avertissement envoyé à la Corée du Nord ? Quoi qu’il en soit, l’attaque témoigne de la détermination étasunienne de riposter face aux provocations du régime de Kim-Jong Un. Néanmoins, cela ne semble pas pour autant effrayer les autorités nord coréennes. Choe Ryong-hae, le numéro deux du régime a affirmé qu’il était prêt "à répondre à une guerre totale par une guerre totale" et "à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à notre façon".

Les attitudes agressives de la Corée du Nord et des Etats-Unis n’écartent pas la possibilité d’une guerre nucléaire. Ce qui inquiète en premier lieu les pays alliés des Etats-Unis de l’Asie du Nord-Est : Le Japon et la Corée du Sud. Si les capacités nucléaires de la péninsule nord coréenne sont difficiles à estimer, il semble qu’elle n’ait pour le moment pas les moyens de viser le sol américain. Dès lors s’en prendre à ces pays voisins serait une tâche plus aisée pour la Corée du Nord.

Alors que le mois dernier, le Conseil de Sécurité des Nations Unies avait à l’unanimité condamné une série de tirs de missiles de Pyongyang, ce mercredi 19 avril, la Russie a bloqué la condamnation du dernier tir de missile de la Corée du Nord. Cette proposition, à l’intiative des Etats-Unis, demandait au régime nord coréen l’arrêt de nouveaux tests de missiles nucléaire ou balistique.